Depuis plusieurs dizaines d’années, le plastique a totalement envahi nos vies avec plus de 400 millions de tonnes produites chaque année.

Cette production massive, qui ne va pas en ralentissant, entraîne une pollution du milieu marin avec la diffusion des déchets dans les fleuves, mers et océans.

Si nous n’arrivons pas à endiguer cette pollution avec des solutions novatrices, l’ONU prévoit qu’il y aura dès 2050 plus de déchets que de poissons dans nos océans.

Chaque minute, 19 tonnes de plastique se déversent dans la mer.

Les macrodéchets

D’après l’accord de Ramoge (traité de protection de l’environnement signé en 1976 entre la France, Monaco et l’Italie contre la pollution du milieu marin), un macrodéchet est défini comme « un déchet solide d’origine humaine, visible à l’œil nu qui, abandonné, est visible sur les côtes, flotte en surface ou gît immergé ».

Ces déchets sont principalement véhiculés par les cours d’eau, les courants marins et le vent. Ensuite, ils s’accumulent en mer, sont ingérés par la faune ou s’échouent sur les plages. Les impacts de cette pollution sont nombreux : environnementaux, socio-économiques, sanitaires.

Les microplastiques

Les microplastiques – particule de plastique dont la taille est inférieure à 5mm – proviennent principalement des macrodéchets déversés dans les océans et dont la taille a été réduite par les courants ou le frottement sur les rochers ou le sable.

Ces microplastiques prolifèrent dans le milieu marin jusqu’à se retrouver ingérés par la faune marine et terminer leur course dans nos assiettes lorsque nous consommons de la nourriture contaminée !

Afin de lutter contre cette urgence mondiale, des actions doivent être menées par les différents acteurs (sensibilisation, mise en place d’actions en local, recyclage …).

Des solutions innovantes de dépollution

Efinor Sea Cleaner s’inscrit dans une démarche de lutte contre la pollution marine au sens large à travers ses bateaux multiservices de dépollution et de nettoyage. Chaque bateau est doté d’une technologie brevetée unique qui permet la collecte de tous types de déchets flottants solides ou liquides.

En fonction de leur application, ils sont en mesure de lutter contre la diffusion des macrodéchets en agissant au plus près de l’activité humaine mais également de réduire la pollution existante (macrodéchets et microplastiques) dans les mers et océans.

En parallèle, la société poursuit ses efforts concernant la R&D de nouvelles solutions et technologies adaptées aux nouvelles contraintes environnementales, notamment :
• Au service du déploiement de motorisations plus respectueuses de l’environnement et « CO2 free » (cf. Waste Cleaner 66E et développement en cours sur un plus gros modèle).

• Au travers du projet Sargasse. Travail actuel avec l’Ademe et plusieurs organismes de recherche français et internationaux afin de développer un navire spécialisé à la collecte des algues Sargasses avant qu’elles ne touchent nos côtes. Ceci afin de favoriser les possibilités de valorisation en aval (sans sable) mais également pour éviter tous risques de contamination humaine par les gaz toxiques émis lors des décompositions.

• A travers un co-développement avec l’association The Sea Cleaners, sur la base de la technologie de nos navires existants, de navires assurant le ramassage de microplastiques et macrodéchets en soutien du MANTA.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *